En réponse à l'article du mois de février-mars 94